J’aimerais vous livrer  un peu de ma stratégie personnelle d’enrichissement.

Lorsque vous réfléchissez à comment organiser « votre empire », il faut garder à l’esprit l’importance de la diversification. Ce mot magique doit rester collé à votre esprit constamment dans vos stratégies de développement.

Nous allons le voir, il y a plusieurs formes de diversification.

Les différents types d’activité

Vous devez vous diversifier par le type d’activités que vous menez.

Je vous en parlais déjà dans l’article sur l’indépendance financière que je vous conseille de relire si ce n’est pas clair, il y a 4 domaines d’activités qui sont très lucratifs et qui peuvent être automatisés:

Il s’agit de :

  • L’immobilier
  • La bourse
  • L’entrepreneuriat
  • Le web

Multiplier les opportunités

Puis vous devriez vous diversifier par le nombre d’activités que vous menez, tout simplement pour ne pas mettre tous vos œufs dans le même panier.

Le cas le plus évident est l’entrepreneuriat. Si vous lancez une société avec tous vos fonds et qu’elle ne fonctionne pas, en toute logique, vous restez le bec dans l’eau. Dans le même temps, si vous avez la capacité de travailler sur plusieurs projets, vos chances de réussite sont supérieures.

Cela pose immédiatement le problème de ne pas trop s’éparpiller au risque de tout gâcher. Je vous renvoie tout de suite à la notion d’automatisation et l’importance d’avoir des business qui peuvent se gérer seuls ou presque (cf le livre de Tom Ferriss).

Varier le risque

Enfin, vous devez diversifier la valeur du risque que vous prenez pour chaque activité.

Une fois calculé le montant de vos avoirs personnels, vous devez définir quelle partie sera dédiée à des activités à fort risque, quelle partie sur des activités plus neutres, et quelle partie sur des activités peu risquées. Ensuite, régulièrement, vous évaluez vos engagements totaux et vous vérifiez que cette répartition est respectée.

Très sincèrement, lorsque l’on débute, ce schéma est assez peu respecté car le faible montant de notre patrimoine et de nos engagements nous oblige à prendre plus de risques. Mais on peut équilibrer la chose différemment. Par exemple, on commence par avoir un CDI bien rangé dans une société et on monte sa première activité en parallèle. Cela équilibre le risque tout en respectant l’engagement de développement.

Pour l’exemple et c’est largement discutable suivant la façon dont vous les gérez:

Activités à risque:

  • Les sociétés dans leur globalité, si elles plantent, vous récupérez rarement la mise. Que ce soit l’immobilier en achat revente ou le webmarketing, une bonne gestion permet d’éviter ce type de situation mais comme on parle de risque, ce sont les activités où les erreurs se paient le plus.

Activités neutres:

  • La bourse en swing trading (achat-revente sur plusieurs jours ou éventuellement plusieurs semaines): À la condition sine qua non que vous respectiez un « money management » très serré. Auquel cas, la bourse devient le meilleur endroit pour tout perdre le plus vite possible! Par money management, on entend la gestion du montant global engagé par rapport à votre capital, et du risque de perte totale en jeu. N’hésitez pas à aller voir dans la partie formation pour plus d’infos sur le sujet.

Activités à faible risque:

  • La bourse à long terme: Celle qui permet de gérer une partie de votre capital en décision automatique avec des arbitrages une fois par mois voir une fois par an.
  • L’immobilier locatif: A partir du moment où vous respectez les règles de base sur l’emplacement et l’environnement, même si votre investissement peut être mal optimisé, c’est très rare de tout perdre dans ce type de projets.

Dans mon cas, les activités et le risque:

Je mêle l’ensemble des activités entre elles et j’essaie de les pratiquer avec des niveaux de risques différents. Clairement, actuellement, ma répartition n’est pas suffisamment équilibrée car je profite du fort développement de la société de marchand de biens pour mettre la plus grande partie de mes fonds dedans. A moyen terme (dès que la société aura assez de capital pour voguer plus tranquillement), j’effectuerai un rééquilibrage serré.

L’immobilier est représenté par la société de marchand de biens et mes investissements locatifs. Il y a donc deux types de risques différents.

La bourse, qui n’est pas assez présente pour le moment, est pratiquée en gestion long terme (faible risque) et en swing trading.

Le web, c’est à la fois le blog où vous êtes mais également des projets de webmarketing en cours de lancement. Je n’en dis pas plus pour le moment.

L’entrepreneuriat est présent par l’immobilier et le net.

L’ensemble de ces germes va pousser chacun à leur vitesse. Je profite des plus puissants pour renforcer les plus faibles. Puis je protège les bénéfices des opérations les plus risquées en les transférant dans les activités de gestion à long terme.

Idéalement, vous devriez pouvoir vous faire un tableau représentant l’ensemble de vos engagements et leur répartition dans chaque type d’activité et pour chaque type de risque.

Après, à chacun de définir quel quota de risque il est prêt à supporter pour chaque activité.

Conclusion:

Avec le temps, je me suis rendu compte qu’il y avait deux types de projets:

Les premiers projets sont ceux qui demandent peu d’argent et qui en créent souvent contre beaucoup de travail.

Les seconds sont ceux qui demandent plus d’argent et qui souvent demandent moins de travail.

Cela résume assez bien le fonctionnement capitaliste de notre société actuelle.

Par exemple, pour monter un business sur internet, il vous faudra beaucoup de travail et peu d’argent.

En revanche pour la bourse à long terme, en comparaison, il vous faut plus d’argent et cela peut se gérer en très peu de temps de travail.

Finalement les plus rentables sont souvent le mélange des deux catégories: ceux qui demandent beaucoup d’argent et de travail (la société de marchand de biens par exemple).

On peut donc penser que l’on connaît d’abord une première période de création de capital, qui nécessite un travail plus important. Puis si vos plans ont fonctionné, un rééquilibrage permet d’entretenir ce capital tout en continuant (pour le plaisir 😉 si si) à créer de nouvelles sources de revenus.

À vous de me raconter ; comment gérez vous votre situation patrimoniale et le développement de « votre empire »? Dites le moi dans les commentaires.

Ma stratégie d’enrichissement: la diversification

Laisser un commentaire